L’établi Dhm-kit – Montage Messerschmitt Bf109 G-6 Tamiya 61117 – Etape 1

Publié le 17/03/2018

  • L’établi Dhm-kit – Montage Messerschmitt Bf109 G-6 Tamiya 61117 – Etape 1

 







Pourquoi un « Etabli Dhm-kit » ?

 

    L’idée de réaliser des tutoriaux ainsi que des montages détaillés, sur le site Dhm-kit est présente depuis les premiers jours de cette aventure. Le but étant de réaliser des articles sur les techniques, de  bases ou plus poussées  à l’intention de tous les adeptes de notre belle passion.
   En effet lors des salons auxquels je participe, j’ai régulièrement l’occasion d’échanger avec d’autres passionnés qui avouent ne pas oser utiliser des pièces en photodécoupe ou en résine par exemple. Le but de « l’établi Dhm-kit » sera donc d’essayer de faire la lumière sur l’utilisation de ces matériaux  ou sur d’autres techniques de modélisme.

   Le but aussi de cette initiative, est bien évidemment d’échanger avec vous chers lecteurs.  Je n’ai nullement la prétention d’avoir la science infuse, et je peux comme tous commettre des erreurs. Donc n'hésitez pas m’envoyer un message via l’adresse mail du site ou via Facebook.

   Il est d’ailleurs fortement très probable que d’autres modélistes participent en plus à cette initiative.

   Pour cette première je me suis tourné vers le montage du Messerschmitt Bf109 G-6 récemment sorti chez Tamiya en fin d’année 2017.

    Cette maquette avait fait l’objet d’une Review Dhm-kit en deux volets (vous les retrouverez en articles liés en bas de cet article), qui avaient démontré la très bonne qualité de cette référence. Alors oui, pour sûr, certains vont ronchonner, encore un 109 et surtout encore un G-6…
Oui mais, personnellement je n’ai pas de Bf109 dans ma vitrine, et surtout cette très bonne  maquette me permettra d’évoquer des techniques de bases, et en même temps des techniques de surdétaillage à l’aide de pièces en résine et en photodécoupe. Le but étant de laisser le cockpit ouvert et le moteur visible, et d’y greffer des références Brassin destinées au 109 G-6 Eduard, pour augmenter le réalisme de l’ensemble.

    Le montage sera divisé en plusieurs  « Etapes ». Autant qu’il en sera nécessaire en fait. Ceci dans le but d’être le plus pertinent possible.


Choix de l’appareil représenté :
  

    L’avion que j’ai choisi de représenter est un de ceux proposés dans la boite Tamiya. Il s’agit du « 1 jaune » un Bf109 G-6 de la 9./JG54, la célèbre unité dite « Grünherz » ou « Cœur vert » en langage de chez nous, vu en février 1944.

    Je n’ai pas trouvé d’indication sur le lieu où il a été vu par contre, ni sur son pilote. Je sais que cette unité a été particulièrement active durant toute la guerre et déployée presque partout. Une photo de cette machine est connue, et nous montre un G6 visiblement taillé pour la chasse pure. Pas de canons de 20mm sous les ailes, ou de tuyaux de poêle pour la chasse aux Viermots. Un simple bidon supplémentaire en position ventral.

    Si certains d’entre vous ont des indications, sur le théâtre où cet appareil a évolué, sur son pilote, spécifications techniques ou même d’autres clichés d’époque, et bien n’hésitez pas à me contacter.


L’établi Dhm-kit – Etape 1 : Sans Ailes il n’est rien !

Petits travaux diverses en prélude :

    Cette première étape sera dédiée au montage de l’aile de notre « Gustave ». La notice suggérant de débuter bien évidemment par le cockpit, mais j’ai trouvé après étude de la notice, que l’aile était une bonne entrée en matière, avant de passer aux choses plus sérieuses.

    Justement lors de l’analyse des différentes étapes de montage, j’ai constaté que plusieurs panneaux et bossages étaient à supprimer par ponçage ou par masticage.  La grande majorité d’entre eux sont localisés sous l’intrados de l’aile. Quelques-un sur le flanc droit du fuselage derrière le poste de pilotage.

    Tamiya identifie très clairement les panneaux à faire disparaitre.

    J’ai traité l’ensemble des panneaux aile // fuselage en une seule fois, et ceci avant tout assemblage, afin de pouvoir plus facilement manipuler les pièces. Pour cela j’ai utilisé le  Mr Dissolved Putty (un mastic liquide) de Mr Hobby. D’une utilisation très simple, il sèche sans retrait et se ponce très bien. Pour l’appliquer j’utilise un pinceau en Latex, simple à nettoyer, et facilement trouvable à très bon prix dans tous les magasins d’art.
Quatre points sont aussi ciblés sur la notice pour subir le même sort. Ces derniers seront eux traités avant l’application de la couche d’apprêt avec du mastic lissable à l’eau « perfect Plastic Putty » de la marque Deluxe Materials. Ceci afin d’éviter d’endommager les détails en creux tout proche de ces dernier, et aussi pour s’affranchir du ponçage….

    Au préalable tous les panneaux à faire disparaitre ont été repérés avec une marque au feutre indélébile de couleur.

    Après un séchage complet de 24h, les zones traitées vont pouvoir être nettoyées du surplus de mastic liquide. Pour cela, je débute avec du papier de verre grain 400, et ensuite je diminue le grain en utilisant du grain 1000. En ce qui concerne les grains de papiers de verre, plus le chiffre est élevé, plus le grain est fin et donc doux. Attention à bien travailler de façon locale afin de ne pas abimer le bel état de surface de la maquette.
Ensuite la finition sera réalisée à l’aide de toile abrasive Micromesh 6000, 8000 & 12000.

    Certains panneaux sont localisés à proximité de ligne de rivets en creux où d’autres beaux détails de surface. Afin de ne pas les abimer lors du passage des différents abrasifs, je les protège à l’aide d’une double couche de bande de masquage.

    La pièce A34 sur notre G-6 « Early » carène l’emplacement de l’antenne inférieure qui fera son apparition avec la version « Late » du G-6. Elle aussi voit ses joints traités au mastic afin d’être effacée car non visible sur les plans de détails de l’avion.

    La pièce A6 doit être percée pour pouvoir recevoir les points de fixation et de maintien du réservoir ventral dont le sujet de notre montage est équipé.
Trois trous doivent être percés, deux de Ø1.5 mm et un de Ø2 mm. Une fois les perçages réalisés, j’ébavure les arrêtes avec un cure-dents et je passe un peu de colle Extra fluide de Tamiya pour nettoyer les résidus restant, afin d’obtenir une surface nette.

    Pendant que l’outil à percer est de sortie, j’en ai profité pour remplacer deux protubérances en relief (comme on peut en voir une marquée en rouge) par un perçage comme visible sur la documentation. Les deux vide-vite sont eux remplacés par deux sections micro-tube pour plus de réalisme.

 

La position opacifiée bien que vitale :

    Un des points les plus dommages de cette maquette en dehors du fait qu’elle n‘est pas rivetée est que les feux de position sont moulés dans la masse du saumon d’aile. Rien d’insurmontable rassurez-vous. Voyons ensemble comment palier à ce problème.

    Il faut déjà commencer par supprimer la partie en plastique opaque représentant le vitrage du feu de position. Procédez petit à petit avec un couteau de modélisme équipé d’une lame neuve, et effectuez les finitions avec une petite lime plate en diamant ou du papier abrasif monté sur une calle plate. Evitez à tout prix d’obtenir une surface arrondie vers l’extérieur. Vous verrez bientôt pourquoi. Pour l’arrondi, vous pouvez le réaliser avec une petite lime queue de rat.

    Ensuite nous aurons besoin de deux chutes de grappe transparente. Réalisez un méplat conséquent sur la longueur, et coupez à angle droit l’extrémité, pour créer les surfaces planes d’appuis de vos feux de position. Le petit arrondi sera réalisé avec une lime plate.

    Une fois le tout bien ajusté à 1mm du bord, il vous faudra pratiquer un petit perçage borgne pour représenter l’ampoule colorée. La mise en couleur bleu (côté droit) et rouge (côté gauche) sont réalisés avec les teintes X23 Bleu transparent et X27 Rouge transparent. Le tout est ensuite solidement collé avec de la colle fluide. Attention avant les étapes suivantes : laissez sécher un bon moment.

    Avec une scie de modélisme, venez découper au plus près la tige de grappe transparente. Laissez-vous quand même 1 ou 2 mm de rab pour ne pas vous retrouver avec un feu de position qui fera le ventre à l’intérieur après ponçage.

    Après avec des limes de grains différents, de plus en plus doux venez araser le surplus de matière en suivant le profil de la pièce. Travaillez tranquillement sans vous presser, afin d’avoir le moins de contact possible avec la pièce de base. Cela fera toujours moins de travail ensuite.

    Plus le grain d’abrasif sera fin (et donc le numéro élevé) plus le plastique translucide retrouvera sa transparence. Cela est normal, nous ne faisons simplement que de le polir et donc de lui redonner de sa brillance.

    Au final après un polissage final avec de la pâte à polir de type Compound nous obtenons deux beaux feux de position bien transparents.

 

Remplacement du tube Pitot :

    Et là vous constatez qu’un joli tube Pitot en métal a fait son apparition soudainement… En effet, il est à venir installer par l’ajout d’une pièce sous le saumon gauche. Peu réaliste, et surtout très fragile, il est simple de le remplacer par une pièce en métal « faite maison ». Voici comment procéder.

    Coller la pièce (ici la pièce A11) correspondante sous le saumon d’aile, et couper sa section représentant le Pitot en plastique. Veillez à garder un petit téton, qui vous servira de point de positionnement. Venez ensuite pointer le centre avec une petite aiguille de couture (vous pouvez la monter sur le mandrin de perçage pour plus de précision), cela facilitera l’amorce du perçage. Le perçage borgne devra être de Ø 0.6mm, son ébauche est réalisée avec un premier foret de diamètre plus petit, avant de finaliser avec celui de Ø 0.6 mm. L’ensemble est à nouveau nettoyé à l’aide de la colle Extra Fluide Tamiya au bouchon vert clair.

     Il faut ensuite enfoncer le tube, ici de la marque Albion Alloys jusqu’au fond de notre perçage borgne, et ensuite repérer la bonne longueur de cette section (7mm) en se référant à la pièce de base en plastique. Marquez cette limite à l’aide d’un marqueur à CD.

     Ensuite il vous suffira simplement de découper le tube à la bonne longueur à l’aide d’un outil tranchant et de faire de même pour la section de Ø 0.4mm, que vous règlerez toujours en copiant le Pitot de base Tamiya.

    Et voilà comment tout simplement vous pouvez remplacer un tube Pitot par des sections en tube métallique, bien plus réalistes et robustes également.

    Les tubes de la marques Albion Alloys sont parfaits pour ce genre de travaux, vous pouvez les trouver au meilleur prix via le site Web de la marque en leur envoyant un mail.

     Dans la continuité les systèmes actionnant les petits volets à l’entrée des radiateurs sont réalisés en scratch à l’aide de petites chutes de photodécoupe. Ils sont collés en position très légèrement abaissés comme vu sur des photos d’appareils réels.

 

Reprise des puits du train d’atterrissage :

    En regardant des photos de « Walk Around » de Messerschmitt Bf109 G-6 préservés, j’ai constaté que les parties avant des puits au niveau de l’emplacement de la roue comptaient plusieurs perçages et lumières débouchant, tandis que les pièces A35 & A36, bien que représentant ces évidements, sont pleines. Le mandrin de perçage a donc à nouveau donné de la voix. Cette opération très simple apportera un réalisme supplémentaire à votre maquette. Pour le perçage de la lumière, c’est simple, percez un trou à chaque extrémité, et enlevez le surplus entre les deux trous à l’aide de votre couteau de modélisme. Et toujours un petit passage de colle bouchon vert clair pour nettoyer la zone.

     Toujours d’après les images de « Walk Around », j’ai remarqué que la partie arrière était réalisée par deux pièces de cuir brun reliées entre elles par une fermeture éclair, et rivetées ou boutonnées à l’avion. Les pièces A45 & A46 de la maquette en tiennent bien compte mais l’aspect du cuir n’est pas très marqué et la fermeture éclair est, elle absente.

    La texture du cuir a été simulée à l’aide d’un morceau de mouchoir en papier mis en forme sur la pièce après un bain de colle à bois dilué à l’eau. Après une nuit de séchage, le papier st durci et définitivement collé à l’aide de la Cyano extra fluide Roket Hot de Deluxe Materials. Je découpe ensuite ce qui est en trop en suivant la forme de la pièce. Nous obtenons ainsi plus de volume qui sera plus simple à mettre en valeur avec la peinture à venir.

    De fines sections d’Aluminium adhésif représentent les fermetures éclair et les rivets sont simulés avec des pastilles découpées avec un emporte-pièce de Ø 0.8mm.

 

 Et peinture  des puits du train d’atterrissage :

    Commençons par les parties en cuir. Je les ai sous couchées d’une base Gunze H71, appliquées à l’aérographe. Ensuite j’ai réalisé plusieurs brossages à sec en insistant sur différentes zones. Le brossage à sec consiste à frotter un pinceau déchargé de la peinture au préalable sur un morceau d’essuie-tout ou post-it, pour ne conserver que des pigments sur ces poils. Ensuite en frottant le pinceau sur les pièces, les pigments se déposent sur les arrêtes ou reliefs des pièces traitées, créant ainsi des nuances mettant l’ensemble en valeur.

    Ici j’ai utilisé le jus Enamel Brun Tamiya.

    La fermeture et les rivets sont peints avec une teinte métallique Vallejo Metal appliquée au pinceau. Au final le résultat obtenu n’est pas moche (bien qu’un peu sombre sur cette photo, veuillez m’en excuser), et collera bien à nos puits de trains qui ne sont pas les zones les plus propres de l’avion en générale.

     La couleur de base de l’ensemble restant est composée d’un mélange de XF22 Gris RLM additionné d’une goutte de XF24 Gris foncé passé à l’aérographe. Les zones en creux reçoivent un voile de Vallejo Wash Gris clair appliqué lui au pinceau. Ceci afin de simuler de la crasse.

     Une fois le Wash gris clair bien sec, j’applique par-dessus, toujours au pinceau plusieurs légers voiles du Wash terre graissée pour ajouter de la couleur à notre crasse. Les arrêtes en reliefs sont-elles repiquées avec une teinte très clair afin de bien ressortir et d’illuminer cette zone plutôt sombre.

    Avec la même teinte, les différentes arrêtes, ainsi que celles des ouvertures débouchantes sont brossées à sec pour les faire ressortir et animer l’endroit.

    Vient ensuite le moment de mettre en place et de coller les pièces qui cloisonneront nos logements de roues. Tamiya a tout pensé avec un système de pions de positionnement pour éviter toutes erreurs. Malgré les modifications apportées, tout s’assemble parfaitement.

    Les pièces représentant l’extrados sont collées par capillarité à l’aide de la colle fluide Plastic Magic de Deluxe Materials. L’excellente conception de Tamiya permet notamment de réaliser les joints de collages à des endroits qui seront ensuite invisibles, une fois l’aile totalement assemblée.

    Un fois la partie centrale de l’aile assemblée, les saumons y sont ajoutés.  A leur niveau la marque japonaise a positionné des détrompeurs et les joints avec le reste de l’aile sont parfaits. Seul un petit filet de Mr Dissolved Putty sera nécessaire à quelques petits endroits le long des bords d’attaque au niveau des emplacements des anciens points d’injection.

    Une fois proprement poncé, l’ensemble des joints est polishé avec une lime à ongle à l’origine conçue pour un emploi strictement féminin…

    Les deux emplacements des radiateurs sont peints dans les mêmes nuances que les puits du train d’atterrissage. Quelques nuances de Wash Vallejo approchantes ont été tapotées avec un morceau de mousse pour représenter l’usure de la peinture. Pour finir un brossage à sec « appuyé » de couleur clair a été appliqué sur la partie avant le décrochement pour donner un aspect vivant à cet endroit. Je n’ai pas vraiment soigné la fin des trainées car elles seront ensuite plus visibles.

    Le même traitement a été appliqué à la partie inférieure des carénages des radiateurs. Les arrêtes visibles ont reçu un brossage à sec réalisé avec une teinte clair. La nuance cassée du volet inférieur simule bien la peinture qui a souffert des trainées d’airs et des projections diverses en sortie de radiateur ou au roulage. Les radiateurs non montrés ici ne posent pas de soucis d’assemblage et s’adaptent très bien à l’ensemble.

    Une fois toute l’aile assemblée, nous pouvons admirer le travail effectué au niveau des logements du train d’atterrissage. L’ensemble est selon moi lumineux et chatoyant mais tout en restant plausible au regard de ce que fut la réalité.

    Au final, nous voici avec l’aile de notre Bf109 G-6 assemblée (ici partiellement à blanc, les volets, radiateurs ainsi que les panneaux centraux verrouillant position des jambes de trains n’étant pas collés), ayant reçu des petits arrangements simples mais efficaces, améliorant la représentation de l’ensemble qui est d’origine très bon.

    A ce stade nous pourrions peindre notre aile si nous le désirions, l’assemblage avec le fuselage étant excellent.

    Voici donc ce qui conclue cette première « étape » du montage de ce beau Gustav 6 à la façon Tamiya. Curieux de connaitre la thématique de la prochaine étape ? Et bien nous nous pencherons sur le cas du cockpit en y ajoutant ce que nous pouvons puiser dans la très belle référence Eduard Brassin destinée à leur propre 109 G-6.

    J’espère donc que cette initiative vous a plus. Si oui, n’hésitez pas à partager cette publication sur les forums, Facebook, ou autres réseaux sociaux, c’est la meilleure solution pour me remercier. Et n’hésitez pas non plus si vous avez des informations concernant l’appareil représenté, je suis à votre écoute !
Egalement, vous souhaitez vous lancer dans ce montage ? Ou acquérir cette belle boite ? Cette référence du Bf109 G-6 est à prix réduit jusqu’au lundi 19 mars minuit à l’occasion de la première de « L’établi Dhm-kit » !

    Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une excellente journée, et bon modélisme à vous !


Montage et photographies par Guillaume SERON

D.H.M Owner

 Dhm-kit.com, 15 ans d'expérience sur l'établi à votre service !

http://ns410238.ip-37-187-139.eu/~dhmkit/img/cms/vitrine/12.jpg

 Mars 2018


VOTRENewsletter

  • Envoi rapide
après commandeEnvoi rapide après commande
  • Ports gratuits dès 79€ 
en France métropolitainePorts gratuits dès 79€ en France métropolitaine
  • Service client 
par téléphone ou mailService client par téléphone ou mail
  • Paiements sécurisés     en ligne Paiements sécurisés en ligne
  • Stock réel garanti Stock réel garanti

Mon compte

Contactez-nous

Nous suivre

Design Busines Web Agence All rights reserved.